Dernière ligne droite pour l’Étude luxembourgeoise sur la maladie de Parkinson

Dans le cadre de l’Étude luxembourgeoise sur la maladie de Parkinson, menée par le National Centre for Excellence on Research on Parkinson's Disease (NCER-PD), des participants, touchés ou non par la maladie de Parkinson, acceptent que leur état de santé soit régulièrement suivi par des spécialistes de la maladie.

Ces volontaires participent à des examens neurologiques qui permettent d’analyser les mouvements, de tester l’attention, la mémoire, le langage, la vision et l’odorat. L’équipe de NCER-PD collecte aussi des échantillons de sang, de salive et d’urine. Les scientifiques utilisent ensuite les données issues de ces examens réguliers (une fois par an pour les patients et une fois tous les quatre ans pour les volontaires en bonne santé) dans le but d’identifier des biomarqueurs qui pourraient servir à prédire l’apparition de la maladie de Parkinson et à la diagnostiquer plus tôt. Ces travaux de recherche devraient aussi à contribuer à l’avancée vers des traitements innovants et individualisés.

Ce qui est important pour la recherche menée au sein de NCER-PD, c’est d’être bénéfique aux patients et d’améliorer leur qualité de vie, comme l’explique le professeur Rejko Krüger, coordinateur de l’étude : « Nous invitons la majorité des patients qui vivent au Luxembourg et dans la Grande Région à participer à cette étude. Dans le futur, nous partagerons avec eux les résultats positifs obtenus comme par exemple de meilleures méthodes de diagnostic ou de possibles nouveaux traitements. »

 

À la recherche de 200 volontaires, atteints ou non par la maladie

Depuis 2015, les différents partenaires impliqués dans NCER-PD recrutent avec succès des participants. Environ 1400 personnes, atteintes ou non par la maladie, ont en effet décidé de rejoindre l’étude. « De la part de toute l’équipe, je souhaite exprimer notre gratitude à tous ces volontaires ! » souligne le professeur Krüger. « D’ici fin 2019, nous aimerions avoir recruté 800 personnes dans chaque groupe, c’est-à-dire un total de 1600 participants. Pour cette raison, nous espérons accueillir très prochainement dans notre programme 100 nouveaux patients et 100 volontaires en bonne santé supplémentaires. » Ce nombre de participants est nécessaire pour permettre aux scientifiques de tirer des conclusions équilibrées à partir des données obtenues. Pour le groupe des personnes non atteintes par la maladie, l’équipe de NCER-PD est surtout à la recherche d’hommes de plus de 65 ans, afin de constituer un groupe comparable en âge et genre à celui des patients.

Les portes de NCER-PD resteront bien sûr ouvertes aux patients diagnostiqués après 2019 : ils pourront s’inscrire et prendre part à l’Étude luxembourgeoise sur la maladie de Parkinson dans les années à venir.

 

Si vous souhaitez participer à l’Étude luxembourgeoise sur la maladie de Parkinson, merci de contacter l’équipe de NCER-PD : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou +352 4411 4848.