Tous les patients ne tremblent pas forcément. En fait, à peu près un patient sur trois ne tremble que très peu voire pas du tout. Et parmi ceux qui tremblent, l'amplitude et la période (au repos ou en mouvement) des tremblements peuvent varier fortement. Les patients souffrant d'une forme de la maladie où les tremblements sont dominants ont en moyenne un pronostic un peu plus favorable que ceux qui tremblent peu ou pas. On ne sait pas encore exactement pourquoi. 

 

Retrouvez plus de mythes ici !