Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont une probabilité plus importante de développer une carence en vitamine D. Evaluer le taux en vitamine D et le compenser, si nécessaire, pourrait être utile. Un autre exemple est la vitamine E, qui a été testée comme médicament pour inhiber le parkinsonisme (sans succès). Toutefois, des doses importantes en vitamine E peuvent provoquer des dommages sur le système nerveux. La vitamine C peut être utilisée dans de hautes doses (p.ex. 1000mg par jour) afin d’acidifier les urines, et ainsi réduire le risque d’infection urinaire.

 

Retrouvez plus de mythes ici !